skip to Main Content
Tel : 04 20 88 00 34 • Email : [email protected]

[Récits de visite] Est-il tolérable de se laisser interrompre par une personne extérieure au groupe ?

Aujourd’hui, on vous parle d’un phénomène bien moins drôle que notre dernier récit, un phénomène qui nous sidère complètement, bien qu’il soit en réalité assez fréquent. 

Contexte

J’étais en visite avec un petit groupe d’ados-adorables (13-14 ans) dans le théâtre antique de Fourvière. Je leur décris le théâtre tel qu’il était à l’antiquité pour qu’ils s’imaginent le lieu au moment de l’histoire que je leur raconte. C’est alors qu’un monsieur assez âgé s’approche de nous, me coupe dans mon explication pour nous dire qu’il faut aller en bas dans le théâtre pour tester l’acoustique.

Puis, alors que j’essaye de reprendre la parole et de lui faire comprendre que j’aimerais continuer mon explication à mon groupe, il continue de parler (en même temps que moi donc), pour essayer de nous raconter qu’il a déjà joué ici, et d’autres choses que je n’ai pas écouté.

C’est quoi son problème ?

Cette attitude, malheureusement assez fréquente nous révolte complètement chez Cybèle. D’abord, parce que quelqu’un se permet d’intervenir dans un groupe et de couper la parole à la personne qui l’avait et c’est très malpoli. 

Ensuite, parce que cette personne n’a aucune idée de ce que j’ai prévu de faire (en l’occurrence, descendre pour leur faire tester l’acoustique faisait partie de mon parcours) et que cela ne la regarde pas. 

Enfin, c’est très problématique parce que cette personne prend visiblement la parole uniquement pour nous parler d’elle, et que franchement, on ne la connaît pas, on ne lui a rien demandé, on est en pleine visite contée. Sa vie aussi passionnante soit-elle n’a pas sa place là. 

On réagit comment ?

Là, c’est très délicat et bien sûr il n’y a pas de règle. Ça dépend de la personnalité de la guide, de sa sensibilité, de son caractère. Personnellement, je suis de plus en plus exaspérée par ce genre d’attitudes, et j’ai tendance à avoir un assez fort caractère. 

J’ai donc interrompu moi aussi ce monsieur de façon relativement désagréable pour lui faire remarquer qu’il n’avait pas à intervenir dans ma visite, que je suis guide professionnelle et que j’avais prévu d’aller tester l’acoustique. Et que même si ce n’était pas prévu, cela ne le regardait pas. Et comme il continuait de parler pour nous raconter sa vie, je suis partie avec mon groupe alors qu’il était en train de parler et nous l’avons laissé en plan.

Imaginez-vous : vous êtes en balade tranquillement dans un bel endroit de votre ville. Vous voyez passer un groupe avec un.e guide qui est en train de d’expliquer des choses. 

À quel moment pensez-vous que vous pouvez interrompre cette personne pour raconter votre vie ? À quel moment pensez-vous que les gens ont envie / le temps d’entendre ce que vous avez à dire ? Que ce que vous avez envie de raconter est pertinent pour eux ? Et surtout, à quel moment pensez-vous que vous pouvez imposer cela en coupant la parole à celui ou celle qui est en train de parler ? 

Et vous ?

Ça vous est déjà arrivé ? Si oui, vous dites quoi ? Partagez vos bonnes punchlines pour qu’on puisse s’inspirer !

Clémence

Guide, musicienne et conteuse, Clémence est un peu lyonnaise et 100% Rhônalpine : elle fut nourrie à la crème de Bresse et à la châtaigne d’Ardèche. Passionnée par le monde médiéval et l’architecture, elle adore raconter des histoires.

Cet article comporte 1 commentaire

  1. Évidemment, c’est une situation que nous rencontrons souvent nous les médiateurs ou guides !
    C’est très déconcertant car nous nous trouvons parfois coupé dans une réflexion ou bien l’attention de notre public, acquise au prix de nombreux efforts, est déviée en une seconde…
    Avec le temps, j’ai pris conscience que cela touchait essentiellement les jeunes et plus particulièrement les femmes (nous sommes tellement majoritaires dans ce secteur). Mais oui, voyons, en quoi une jeune femme peut-elle prétendre détenir un quelconque savoir ?
    Un moyen efficace que j’utilisais lorsqu’un individu du genre de celui décrit intervenait : je lui demandais – sur le ton de l’humour et en le flattant pour ses connaissances – de prendre ma place pour la visite 🙂 En général, c’était radical ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top