skip to Main Content
Tel : 04 20 88 00 34 • Email : [email protected]

Comment faire de votre visite guidée une “expérience” inoubliable ?

Pour écouter cet article, plutôt que de le lire, voici la version podcast.


Réponse : votre visite guidée est DÉJÀ une expérience. Et si vous estimez qu’elle n’est pas encore assez inoubliable, il vous faut sans doute peu de choses pour qu’elle le devienne. 

Un métier passion

La visite guidée, de par sa nature, est un moment d’émotion. D’abord parce que les guides, les médiatrices font ce travail le plus souvent par passion (celles qui font ça pour l’argent et la stabilité de l’emploi, levez la main ? … Ah oui voilà c’est bien ce qu’on pensait). 

C’est parce que l’on veut partager son amour pour l’art, pour le patrimoine, pour l’histoire que l’on devient guide ou médiatrice. C’est parce que l’on aime en parler à des êtres humains, c’est parce que l’on veut leur transmettre notre passion, parce qu’on veut montrer à tout le monde combien tel ou tel sujet est passionnant que l’on fait ce métier.

L’émotion est là, au cœur même de notre vocation, de notre raison d’être. L’émotion, et donc, l’expérience.

Un besoin d’humanité de la part du public

Mais du côté du public, l’émotion est là à l’origine aussi, même si c’est plus discret, moins évident. Dans de nombreux cas (mais pas tous, nous en sommes conscientes), nos visiteur.euse.s ont choisi d’être là. Il y a de l’intérêt, une certaine curiosité, en tous cas une ouverture. Et surtout, dans de nombreux cas (là encore, pas toujours), les visiteur.euse.s ont choisi de suivre une visite guidée. C’est à dire qu’ils/elles préfèrent ça, plutôt que :

  • Acheter un livre sur le sujet
  • Se débrouiller tout.e seul.e avec internet
  • Prendre un audioguide
  • Flâner le nez au vent

Les visiteur.euse.s que l’on accueille ont choisi un être humain qui leur parle de ce qu’ils/elles vont visiter. Ils/elles ont voulu une transmission humaine. Avec ses imperfections, avec ses erreurs, mais aussi et surtout avec sa passion et son émotion. Ils/elles ont voulu vivre une expérience.

Combien de fois lit-on dans les commentaires que nous laissent les gens après les visites “Merci à notre guide passionnée et passionnante !” (Même si être passionnée et être passionnante sont deux choses bien différentes mais nous y reviendrons dans un prochain article).

L’émotion est là. À l’origine de la visite guidée. Au cœur de notre métier.

Nous ne pouvons plus faire comme si le seul contenu documentaire importait. Nous ne pouvons plus ignorer cette émotion. Mais nous pouvons apprendre à la dompter, à la travailler, à jouer avec, pour que nos visites guidées deviennent véritablement des expériences inoubliables.

Comment remettre l’émotion au cœur de l’expérience d’une visite guidée ?

Sans trahir le contenu documentaire bien sûr !

1. L’humain au cœur

En racontant des histoires (c’est ce qu’on fait pratiquement tout le temps dans une visite guidée), il est assez simple de replacer les personnages au centre de nos récits. Au lieu de raconter des faits, des successions d’événements désincarnés, faisons-les vivre par des êtres humains qui nous ressemblent et à qui nous avons envie de nous identifier ! C’est ce que l’on aborde dans notre article sur les anecdotes.

2. Le corps, la voix

Apprendre à utiliser son corps et sa voix est très efficace pour placer de l’émotion dans un récit. Les techniques de comédienne, de conteuse, et de tous les métiers de la scène sont des techniques essentielles à maîtriser en tant que guide ou médiatrice, même lorsqu’on fait des visites dites “classiques”. Il n’y a pas que dans les visites contées ou théâtralisées que les techniques de théâtre sont indispensables !

3. S’inspirer de ce qui nous procure de l’émotion

Il suffit de regarder tout ce qui nous plait et nous émeut : les films, les séries, les romans, les BD, la peinture, la sculpture, les chaines Youtube, les jeux de société, et tant d’autres choses. Dans toutes ces productions, nous pouvons apprendre à décortiquer, analyser, à comprendre les ressorts de l’émotion. Il suffit ensuite d’adapter ces petits “trucs” qui donneront un supplément d’âme à nos visites.

Et la technologie dans tout ça ?

Chez Cybèle, nous n’avons pas vraiment peur que les audioguides nous volent notre travail. Nous n’avons pas non plus peur de nous faire remplacer par des visites virtuelles. Parce qu’aujourd’hui, malgré le développement des technologies, l’humain et l’émotion sont bien plus présents dans une visite guidée “en présentiel” que sur un medium numérique, aussi perfectionné soit-il. 

Et vous, vous en faites quoi de l’émotion ?


PS : Nous avons utilisé le terme “médiatrice” car notre profession est majoritairement féminine. Nous avons choisi d’utiliser l’accord de majorité. Mais messieurs les médiateurs, vous êtes bien sûr inclus, autant que toutes les femmes les sont lorsque l’on parle de “médiateurs”. 


Clémence

Guide, musicienne et conteuse, Clémence est un peu lyonnaise et 100% Rhônalpine : elle fut nourrie à la crème de Bresse et à la châtaigne d’Ardèche. Passionnée par le monde médiéval et l’architecture, elle adore raconter des histoires.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top