skip to Main Content
Tel : 04 20 88 00 34 • Email : [email protected]

Outils pour les guides : travailler le corps et la voix

Quand on est guide, médiatrice ou médiateur, on est toujours formé au contenu, parfois à l’adaptation aux différents publics, bref, à ce que l’on va dire. Mais bien rares sont les formations qui abordent le “comment dire”. Comment utiliser son corps pour porter un discours. Comment utiliser sa voix pour capter l’attention du public, et comment ne pas se faire mal. 

Nous avons répertorié les quelques trucs et astuces que nous donnons généralement à nos stagiaires afin de les aider avec ces sujets, et nous avons eu envie de vous les partager. 

Pour la partie sur le souffle et la voix, nous avons fait relire et intégré les conseils de Mariette Wilson qui est professeure de chant, et cheffe de chœur dans la région lyonnaise et avec qui nous avons déjà beaucoup travaillé ! Vous trouverez ses coordonnées tout en bas de cet article. 

Le souffle

Avant de travailler son corps et sa voix, il faut connaître son souffle, apprendre à maîtriser sa respiration, parce que tout part de là. Si vous voulez avoir de “l’inspiration” pendant vos visites, il faut apprendre à inspirer et expirer correctement ! 

Si ce n’est pas quelque chose de naturel pour vous, commencez par vous allonger au sol, et respirez par le ventre. Posez une main sur votre ventre et sentez comme à chaque inspiration, votre ventre se gonfle, votre main se lève. Ensuite, recommencez en étant debout. Les pieds espacés environ de la largeur de vos hanches, et le dos droit. Respirez en faisant gonfler votre ventre, et en essayant de ne pas monter les épaules. 

La respiration part de notre diaphragme qui se situe sous les poumons. Il est attaché en bas du sternum et aux côtes flottantes. Il divise le buste en deux, au-dessus : cœur et poumons, en-dessous : intestins.
Lorsque vous montez vos épaules en respirant, le mouvement vers le haut empêche votre diaphragme de descendre vers le bas, et donc de créer l’espace pour que vos poumons se remplissent à fond. Si vous gardez les épaules basses, et que vous laissez le ventre se gonfler et vos côtes flottantes (celles d’en bas) s’élargir, le diaphragme descendra autant qu’il peut, vous aurez respiré à fond !

N’hésitez pas à faire ces exercices régulièrement. Les applis de “cohérence cardiaque c’est-à-dire de respiration régulière peuvent être de bons outils également. Et puis ça détend quand on est un peu stressé•e avant une visite. 😉

La voix

La première chose qui nous semble essentielle, c’est de s’échauffer. Qui aurait l’idée d’aller courir un marathon à froid, sans un seul échauffement ? Pour notre travail c’est la même chose. On va parler 2h, sans doute dans la rue, on va forcer, il faut s’échauffer. 

Quelques idées d’échauffements : 

  • Commencez par stimuler votre diaphragme avec des séries de “tch tch tch – tss tss tss – ffft ffft ffft -…”
  • Faites la “sirène”. Sur un “V” ou un “Z”, commencez avec une note grave, glissez vers le haut de la voix, puis redescendez. Faites cela plusieurs fois, sans forcer.
  • Refaites la même chose sur un “ou”
  • Le “Fry” : massage des cordes vocales. À la fin de votre sirène, lorsque vous redescendez dans les graves, descendez suffisamment pour que le son ne sorte plus en une belle voyelle, mais un grésillement comme si vos cordes vocales se contentaient de vibrer seules de façon très relâchée.
    Cet exercice peut aussi être fait en fin de visite pour détendre les cordes vocales. Attention simplement à ne pas en abuser. 
  • Chantez une vocalise si vous en connaissez une. Sinon vous en trouverez plein sur youtube.
    Lorsque vous chantez, ne vous inquiétez pas de la justesse, des notes, on s’en fiche, on ne s’échauffe pas pour chanter mais pour parler. Par contre, pensez à votre colonne d’air, visualisez le souffle qui part du bas du ventre pour laisser sortir les notes.
    Attention à surtout y aller tranquille. Ce n’est pas le moment d’essayer de faire des vocalises aiguës, ça risque de vous fatiguer la voix plus qu’autre chose, et c’est exactement l’inverse de ce que l’on cherche !

Vous pouvez aussi faire des expérimentations avec votre voix, essayer de chanter une note, et de la faire résonner dans votre poitrine, puis à l’arrière de votre crâne, sur vos pommettes et sur votre front, dans votre bouche, pour voir toutes les zones de résonance et apprendre à les utiliser. Testez avec des voyelles différentes, des hauteurs de notes différentes, mais toujours sans forcer, c’est le plus important !

Si vous avez un problème, que vous vous faites souvent mal, que vous avez du mal à “placer votre voix”, que vous avez l’habitude de monter dans les aigus et de forcer pour qu’on vous entende (probablement la pire habitude mais ne vous inquiétez pas, nous passons presque tous et toutes par là !) nous vous recommandons d’aller travailler avec un•e professionnel•le.

  • Un•e prof de chant peut vous aider à comprendre comment fonctionne votre voix et à jouer avec. Et puis si vous aimez la musique, c’est l’occasion de vous faire plaisir !
    Si vous êtes en région lyonnaise, vous pouvez contacter Mariette Wilson, prof de chant, qui nous a aidé à écrire cet article. Si vous n’êtes pas en région lyonnaise, vous pouvez la contacter quand même, elle propose des cours en visio ! 😉
  • Un•e orthophoniste spécialisé•e sur la voix vous aidera à trouver votre zone de confort pour parler fort sans vous faire mal.
    Si vous êtes en région lyonnaise, nous vous recommandons le cabinet d’orthophonistes “Bellecour Bégaiement” qui, contrairement à ce que son nom indique, ne s’occupe pas que du bégaiement mais aussi de la voix en général. 

Pensez surtout que tout cela ne se règle pas en 2 séances, les changements se font petit à petit. Soyez aussi conscient•e de vos limites, pendant une visite vous ne pouvez pas penser à tout en même temps ! Soyez indulgent•es avec votre cerveau. Pour en savoir plus, lisez notre article sur le coût cognitif d’une visite guidée (écrit grâce au travail fait avec Océane Barbera, orthophoniste spécialiste de la voix du cabinet “Bellecour Bégaiement”).

Dernier conseil de Mariette :

« Quand on cherche une voix qui ne nous fatigue pas, parfois il faut passer par une voix qui ne nous plait pas. Quand vous travaillez, quand vous cherchez une voix, amusez-vous à parler comme Jane Birkin ou Johnny Hallyday ou une hôtesse de l’air ou un ado… C’est un exercice que je fais régulièrement faire parce que souvent, on cherche d’autres techniques mais se limite à aux sons que l’on connaît déjà. Et ça, ça ne peut pas marcher. »

Le corps

Pour commencer, nous recommandons très fortement à tous•tes les guides, médiatrices et médiateurs d’avoir une pratique corporelle régulière. Sport, Yoga, Tai chi, cirque, danse, n’importe quelle pratique qui vous aidera à prendre conscience de votre corps, à savoir l’écouter, et travailler avec. 

La base :

  1. Savoir se tenir droit•e. Parler avec les pieds légèrement écartés, jamais croisés, et les genoux légèrement déverrouillés. 
  2. Prendre conscience de son centre de gravité dans le bas ventre. Voir comment votre corps s’articule autour de ce point d’énergie. 

Utiliser son corps en entier (jambes, torse, bras)

Généralement, notre façon de bouger et d’utiliser notre corps dit beaucoup de notre personnalité. 

Vous êtes stressé•e ? tendu•e ? agité•e ? Vous cherchez à meubler parce que vous avez peur d’oublier votre texte ? Il y a des chances pour que vos jambes soient sans arrêt en mouvement, que vous vous tortilliez d’une jambe sur l’autre en permanence. Vos mains sont peut-être souvent fermées, vous vous tortillez les doigts, vous tripotez vos cheveux ou autre chose… Attention ça peut être épuisant pour le public !

Vous êtes plutôt figé•e sur tout le bas du corps, tellement figé•e que vous oubliez que vous avez des jambes et un bassin ? Vous avez l’habitude d’avoir les épaules un peu remontées et les bras qui s’agitent en l’air ? Cela veut souvent dire que tout passe par votre cerveau, que vous vous interdisez de “ressentir”, de vous détendre, de faire confiance à votre corps, que vous cherchez à tout maîtriser. Donc vous bloquez la moitié de votre corps pour l’empêcher de vous trahir.

Est-ce que vous êtes quelqu’un de très stable et très serein•e ? Vous allez sans doute parler avec les jambes posées, bien ancrées dans le sol, très légèrement fléchies pour que l’énergie se concentre sur le bas ventre. Vos bras auront des gestes mesurés, présents, qui bougent au rythme de votre discours.

Cela peut avoir l’air d’une sorte de psychologie de comptoir, mais observez les gens que vous connaissez quand ils parlent en public, vous verrez, c’est très révélateur. Dans nos formations, il y a toujours une partie pratique. Lorsque l’on voit les stagiaires parler, on est toujours étonnées de constater à quel point ce que l’on voit colle à 100% avec ce que l’on a perçu de la personnalité des stagiaires. 

Alors que faire ? 

La solution radicale, c’est de se filmer, et de s’analyser. Attention, c’est HYPER difficile de se voir faire. Mais c’est radical. Comme on est toujours beaucoup plus critique vis-à-vis de soi-même, on va remarquer tous les défauts, toutes les erreurs, et ça peut être un début. 

Si vous n’avez pas le courage (et on vous comprend), vous pouvez commencer par inviter un•e ami•e ou collègue averti•e à une de vos visites en lui demandant de vous observer. À partir de ses observations, vous pouvez essayer de travailler chez vous, devant un miroir. Essayer de rectifier, de débloquer les parties de votre corps qui sont bloquées, ou de maîtriser celles qui s’agitent trop. 

Formations spécialisées

Sinon, nous proposons des formations spécialisées pour apprendre à travailler son corps et sa voix, pour connaître ses forces et ses défauts, et faire de notre corps notre meilleur allié pour nos visites guidées ! 

Nous pouvons intervenir pour des groupes de 8 ou 10 personnes maximum, parlez-en à votre employeur, votre office du tourisme ou votre association de guide !

Si vous êtes dans la région lyonnaise et que souhaitez travailler votre voix avec Mariette qui nous aidé à écrire cet article, nous vous recommandons particulièrement son expertise, sa bienveillance et son travail en général !

Mariette Wilson – Voir son site internet.

Vous pouvez aussi regarder sa super playlist de conseils et techniques vocales. Elle est plutôt faite pour le chant, mais vous pourrez tout utiliser pour la voix parlée !

Clémence

Guide, musicienne et conteuse, Clémence est un peu lyonnaise et 100% Rhônalpine : elle fut nourrie à la crème de Bresse et à la châtaigne d’Ardèche. Passionnée par le monde médiéval et l’architecture, elle adore raconter des histoires.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top