skip to Main Content
Tel : 04 20 88 00 34 ‱ Email : [email protected]

[Les effets waouh] La musique en visite đŸŽ¶

Nouvelle rubrique : Les effets waouh ! On partage avec vous des petits trucs et astuces trÚs simples à mettre en place qui font vraiment un effet « Waouh » sur le public en visite.

Est-ce que vous Ă©coutez de la musique en travaillant ? En faisant la vaisselle ? Pour dĂ©passer vos moments de tristesse ? Pour vous ambiancer avant de sortir avec les ami·e·s ? Et bien moi oui ! Enfin
 sauf pour travailler parce que mĂȘme si j’aimerai beaucoup, j’y suis trop sensible et ça m’empĂȘche de me concentrer. C’est donc dans le silence de mon bureau que j’écris cet article sur le pouvoir incroyable de la musique en visite guidĂ©e !

Il y a plusieurs façons d’utiliser la musique en visite guidĂ©e. Je vais dĂ©tailler, comment nous utilisons la musique dans les visites CybĂšle. Je vous raconterai l’impact fort que ça a sur nos visiteur·euses. et je vous dirai d’un point de vue technique comment nous nous y prenons.

Le niveau basique

Il paraĂźt Ă©vident pour beaucoup de guides que quand on part en visite on n’oublie pas nos supports visuels : un porte document avec des pochettes plastiques qui reflĂštent le soleil, avec des reproductions de plus ou moins bonne qualitĂ© dans un format A4 trop petit pour que le public le voit correctement. 

Mais on ne se pose jamais la question de prendre une enceinte. MĂȘme quand notre sujet est un·e compositeur·ice, un·e chanteur·euse ou un·e joueur·se de castagnette ! C’est Ă©trange, non ? La base pour ces sujets c’est quand mĂȘme de donner Ă  Ă©couter l’Ɠuvre de l’artiste dont on parle.

On a Ă©crit une visite contĂ©e pour les familles Ă  la demande de l’opĂ©ra de Lyon. L’objectif annoncĂ© dans la commande Ă©tait de raconter comment se dĂ©roule la crĂ©ation d’un opĂ©ra et d’aborder les diffĂ©rents mĂ©tiers autour des spectacles. Nous avons donc Ă©crit une fiction permettant de transmettre le fonctionnement de cette grande maison. On aurait pu s’arrĂȘter Ă  ce simple rĂ©cit, mais il nous paraissait inconcevable de ne pas faire Ă©couter des extraits d’opĂ©ras. Dans notre public il y a des personnes familiĂšres de la musique d’opĂ©ra, mais la plupart n’en n’a jamais entendu. Comme c’est le cƓur du sujet, on illustre le rĂ©cit avec de nombreux extraits d’opĂ©ras de diffĂ©rentes pĂ©riodes ! 

La musique pour illustrer

En visite, on parle de diffĂ©rentes Ă©poques et de diffĂ©rents personnages. La musique peut ĂȘtre utilisĂ©e comme une illustration et ainsi aider Ă  plonger dans les rĂ©cits. Par exemple, on peut parler de la construction des cathĂ©drales en faisant Ă©couter du chant grĂ©gorien ou une musique type “film d’horreur” pour parler d’une affaire de meurtre.

Dans une de nos visites (dĂ©sormais au cimetiĂšre des visites CybĂšle) on parlait de Coco la ChĂ©rie, une prostituĂ© tuĂ©e Ă  la GuillotiĂšre dans sa chambre de travail au dĂ©but du 20e siĂšcle et de l’enquĂȘte menĂ©e par Edmond Locard (le Lyonnais Ă  l’origine de la police scientifique) qui a permis de remonter jusqu’au tueur. Pour parler de cette affaire, on diffusait en fond une musique type L’exorciste. Ça marchait hyper bien. C’était Ă  la fois amusant et ça ajoutait un esprit d’horreur et de suspens au rĂ©cit !

Un jour, quand j’aurai le temps, je rĂȘve de faire un audioguide musical pour le musĂ©e des beaux arts de Lyon avec des musiques de chaque Ă©poque qui illustrerait chaque salle (voir chaque Ɠuvre) ! Ça fait 10 ans que j’y pense
 (Coucou le MBA, si vous passez par lĂ , n’hĂ©sitez pas Ă  faire signe !)

La musique pour donner du relief

Dans nos visites thĂ©ĂątralisĂ©es, on travaille beaucoup sur la notion de rythme et la musique peut ĂȘtre un bon outil pour ajouter du rythme Ă  une scĂšne. Par exemple, sur un texte assez descriptif qui nous semble assez plat Ă  la base, on peut ajouter une musique et s’appuyer dessus pour donner du relief et du rythme. 

Dans la visite du Stade de Gerland, on retrace les plus de 120 ans de l’histoire du club de Rugby, de la crĂ©ation Ă  aujourd’hui. C’est une histoire avec des moments de gloire et des moments vides mais pour illustrer cette scĂšne on met une musique orchestrale Ă  la fois magique et Ă©pique. Pendant qu’on raconte on s’appuie Ă  fond sur la musique, on en fait des caisses. Et c’est ainsi qu’une simple construction de stade en 2011 en banlieue lyonnaise, est vĂ©cu par le public comme un moment d’une intensitĂ© incroyable !

La musique comme Ă  de l’émotion du texte

Parfois, on a envie de moment d’émotion et de poĂ©sie alors qu’on est dans la rue, avec du bruit et des distractions partout autour. Et bien la musique est parfaite pour aider Ă  entrer dans l’émotion. L’exemple le plus frappant, c’est celui de notre visite Cymoche de l’échangeur de Perrache. Au moment de l’écriture, on avait trĂšs envie qu’il y ait un moment de poĂ©sie
 vous imaginez un peu le dĂ©fi ? Eh bien on a Ă©crit un texte tout Ă  fait poĂ©tique, on a trouvĂ© un lieu bucolique (et oui, ça existe Ă  Perrache, pour le voir rĂ©servez une visite Cymoche avec vos ami·e·s) et on a ajoutĂ© une petite musique mĂ©lancolique au piano. Le tour est jouĂ© et on arrive Ă  rendre l’échangeur de Perrache poĂ©tique et mĂ©lancolique !

La musique dans le silence pour voir autrement

Lorsqu’on faisait visiter l’église Saint-Bruno des Chartreux (voilĂ  une autre visite qui a terminĂ© au cimetiĂšre des visites CybĂšle), pendant l’entrĂ©e des visiteur·euses, on diffusait une musique de Corelli (ok, c’est un italien, donc rien Ă  voir avec Lyon, mais sa musique baroque rĂ©sonne Ă  merveille entre les murs de cette Ă©glise du mĂȘme style). Ça met tout de suite l’auditoire dans une disposition diffĂ©rente. Ils regardent les dorures avec une autre attention. Plus sensible que purement analytique ou descriptif comme on a l’habitude de le faire en visite guidĂ©e. 

La musique pour sublimer l’émotion

Et puis il y a une chose qu’on adore aussi chez CybĂšle, c’est chanter (ou diffuser de la musique) quand il n’y a plus de mot pour raconter. Les mots c’est cool, on raconte plein de trucs, on peut aller dans pleins d’émotions grĂące au rĂ©cit et aux mots sensibles
 mais il y a une chose qu’on a remarquĂ© : c’est que tant qu’il y a des mots, les visiteur‱euses sont dans une concentration pour comprendre, cerner ce qu’on raconte, attendre la suite. Alors que quand on arrĂȘte de parler pour chanter, on bascule dans autre chose. Le temps se suspend, la mĂ©lodie vient directement toucher la sensibilitĂ© de chacun·e pour libĂ©rer les Ă©motions contenues tout au long des rĂ©cits qui ont prĂ©cĂ©dĂ©s.

Point technique (des boomers aux vibrations naturelles des cordes vocales ?)

Pour la diffusion de musique, on a une enceinte Bluetooth et nos musiques dans notre tĂ©lĂ©phone. On les lance Ă  la main. C’est trĂšs simple d’utilisation. Il faut simplement choisir une bonne appli de lecteur audio (avec une option qui permet d’arrĂȘter la lecture Ă  la fin de la piste, sinon ça peut causer quelques surprises) et prendre le pli d’attraper son tĂ©lĂ©phone et de lancer une musique de maniĂšre fluide. Vous verrez avec un tout petit peu d’entrainement, ça vient trĂšs vite ! Nous, on prend le modĂšle JBL flip (ou Ă©quivalent) qui tient dans un sac et dont la qualitĂ© et le volume sont suffisants pour l’exercice de la visite guidĂ©e. Elle a aussi l’avantage de rĂ©sister aux Ă©claboussures, chose plutĂŽt nĂ©cessaire pour les jours de pluie !

Et si on aime ça et qu’on en a envie : on peut chanter ! Je vous entends d’ici, “non mais moi je chante comme une casserole”, “Il va pleuvoir Ă  chaque fois et comme on est dehors en visite, c’est une mauvaise idĂ©e !”. J’insiste : mĂȘme si vous pensez ça, vous pouvez chanter Ă  condition que vous en ayez l’envie ! Le public n’attend pas d’une guide qu’elle chante. C’est un plus. Ça n’a pas besoin d’ĂȘtre parfaitement juste ou exactement en place rythmiquement puisque ça fait appelle au sensible. Si vous le faites avec sincĂ©ritĂ© et avec cƓur, ça passera trĂšs bien ! Et tout le monde sera touchĂ© de vous voir vous mettre Ă  nu face Ă  votre public. La grande majoritĂ© est dĂ©jĂ  admirative de votre prise de parole en public, chanter c’est le level au dessus !

Musicienne, comĂ©dienne et guide-confĂ©renciĂšre, Lucille est une lyonnaise d’adoption : nĂ©e en Normandie, elle voue encore un culte au beurre demi-sel. Aimant le thĂ©Ăątre et la musique, elle fut tour Ă  tour spectatrice, rĂ©gisseuse et prof.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top